Tomates et fruits plein champs: enquête chez un producteur Lyonnais

Mes chers amis,

Après mon billet sur les tomates hors sol, je vous invite à parcourir mon enquête sur le terrain, c’est à dire en plein champs chez un producteur Lyonnais qui officie au marché du quai St Antoine.

Nous voilà enfin en pleine saison des tomates, courgettes, aubergines, pêches et la liste est longue. Enfin, nous pouvons sans rougir manger des tomates. Alors qu’est ce qu’une tomate plein champ a de différent par rapport à une tomate hors sol?

Comme son nom l’indique la tomate plein champ, pousse en saison dans un champ, ni plus ni moins. Elle est belle et bien plantée dans la terre (et non sur les tapis de coco nourries au goutte à goutte comme la tomate Savéol; voir le billet), sans autre substitut qu’un plastique contre le sol pour éviter l’invasion de mauvaises herbes. M Brunet, mon producteur ne fait que vaporiser un peu de bouillie bordelaise (traitement totalement naturel) qui peut lui laisser des trâces bleues en aucun cas toxiques pour nous consommateurs de tomates! Vous pouvez le voir sur les photos, la tomate pousse tranquillement sans tuteur ni piquet et se gorge gentillement de soleil avant qu’on la ramasse à maturité pour être ensuite directement vendue sur le marché à une dizaine de kilomètre de son lieu de culture. Voilà pourquoi, la tomate que je mange à autant de goût!

Contrairement aux tomates que vous pouvez acheter toute l’année en supermarché (ou au marché auprès de revendeurs peu respectueux des saisons) qui sont pleine d’eau, sans goût et ramasser verte, puis transporter.

Lors de ma visite, M Brunet m’a montré ses champs, qui sont en ce moment, recouvert de haricots verts, d’aubergines, de poivrons, de salades, de courgettes. Quand je vous parle de consommer « local », ce producteur illustre bien le phénomène, de son verger on peut voir la basilique de Fourvière et la tour du Crédit Lyonnais, les deux emblèmes de notre chère ville de Lyon. De ce point de vue là, je ne peux pas faire plus local!

Mon producteur, ne fait pas que des légumes il cultive aussi beaucoup de fruits de saison, nous avons donc déhembulé parmis les pêchers, les poiriers, les cerisiers, les abricotiers et les pommiers.

Sachez donc que les abricots et les pêches c’est bientôt fini alors profitez en vite, les cerisiers c’était au mois de juin et maintenant les poiriers et pommiers prennent la relève.

M Brunet est un producteur qui limite beaucoup les traitements pesticides, conservateurs, désherbants et autre cocktail chimique cependant il n’est pas pour autant en bio. Il m’explique que la pomme est un gros consommateurs de pesticides car à la merci de plusieurs ennemis, que ce soit les insectes, les champignons et autres maladies. De plus, les pommes on les récolte une fois par an, et après c’est frigo et obscurité pour les conserver. La pomme concentre donc le plus gros risques d’être au contact des produits chimiques.

Pascal, mon producteur n’est pas très optimiste concernant les petits producteurs comme lui. Il dit être très taxé à droite à gauche, avoir une vie difficile car comme toute culture, ça ne s’arrête jamais vraiment, et les champs on besoin d ‘attention constante. Son père était agriculteur, après un détour de 6 ans dans la maçonnerie, Pascal à fini par revenir à sa terre natale et a pris la suite de son père. Mais après lui  personne ne reprendra son exploitation. Il n’y aura donc pas de continuité, ce qui m’inquiète car au fil de ma visite il m’a montré tous les champs en friche d’ancien producteurs en retraite. Toutes ces terres qui sont laissées à l’abandon, car pas encore constructible, mais inexploitées.

Il se dit très inquiet quand à l’avenir de l’agriculture en France, il ne restera bientôt que des gros industriels qui fabriquent des légumes en toutes saison et l’Espagne pour se nourrir.

Je veux être plus optimiste que lui, quand je vois le succès des paniers de légumes de saison, les AMAP

( Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne), le marché de l’agriculture biologique, je me dit que comme moi énormément de personnes refusent une alimentation aux goût standardisés, importés et bourrés de produits chimiques.

Alors n’oubliez pas, mangez de saison et mangez local!


Vous aimerez aussi :

Une réflexion au sujet de « Tomates et fruits plein champs: enquête chez un producteur Lyonnais »

  1. Une tomate qui pousse « gentillement » le fera tout aussi bien « gentiment »…
    Quant à dire la bouillie bordelaise sans danger car naturelle, il faut être un peu simplette ou ne pas avoir cherché un tant soi peu. (mais ça fait mal au cerveau sans doute). Demandez donc à Socrate qui mourut de boire la ciguë, c’est pourtant naturel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

* Copy This Password *

* Type Or Paste Password Here *

99 678 Spam Comments Blocked so far by Spam Free Wordpress

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>